Tribune de Juin 2017

La situation financière de notre ville a une nouvelle fois été évoquée ces derniers jours, mettant en cause l’équipe municipale du mandat précédent.

Alors quel est le niveau réel à ce jour de l’endettement de la ville de Gournay ? c’est celui que nous avons toujours annoncé, c’est-à-dire 8,387 M€, il sera de 7,460 M€ en 2018 et de 6.676 M€ en 2019. La baisse se poursuivant les années suivantes  à un rythme moyen de 0.8 M€ par an. Cela peut paraître important, mais toutes les villes ont recours à l’emprunt pour leurs investissements. L’endettement moyen de communes  semblable à la nôtre, est d’environ 6,5 millions d’€uros.

Nos chiffres correspondent  à ceux fournis par M Picard au conseil municipal lors du débat d’orientation budgétaire le 9 février 2017.

Il est donc surprenant qu’il en donne d’autres à la presse. Il est tout aussi curieux qu’il évoque une situation qu’il lui aurait été cachée, alors que ce fut l’un de ses thèmes de campagne électorale avec les ordures ménagères, lors des  dernières municipales. En tant que conseiller municipal, il était en possession du rapport de la chambre régionale des comptes.

Pour compléter  notre information, la capacité de désendettement de notre ville était de 8.8 ans en 2015, ce sont les derniers chiffres officiels connus. Pour comparaison, Forges était à 8.6 ans et Neufchâtel à 7.2 ans. Nous sommes loin des 26 ans annoncés.

La difficulté à ce jour, est l’accentuation de la baisse des dotations de l’Etat ces 4 dernières années et l’obligation faite à des communes de participer aux fonds d’aides intercommunales qui mettent en difficulté une commune sur deux  en 2017, grande ou petite,  selon l’association des maires de France.

Cette baisse a été initiée, toutes tendances politiques confondues, pour inciter fortement le transfert de compétences communales : économie, sport, culture, aires d’accueil des gens du voyage …vers les communautés de communes. Certaines  l’ont fait. Pour les autres, restées recroquevillés autour de leurs clochers, refusant d’avancer collectivement et d’œuvrer pour le plus grand nombre, cela est devenu une obligation.

La ville de Gournay a toujours assuré les investissements et l’offre de service à une population bien plus large que celle de Gournay, faute d’une communauté de communes active, dirigée par des amis politiques de Mr Picard. Il est donc surprenant qu’il prenne conscience aujourd’hui, que les équipements de Gournay, sont fréquentés par une importante population cantonale, voire au-delà.

Une réflexion sur “Tribune de Juin 2017

  1. Mr picard dit ce qu’il veut en plus les pistes cyclables servent à rien et la construction du garage a vélos pour le charcutier qui y met ces vélos

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s