Tribune de Juillet 2020

Les dernières élections municipales se sont déroulées dans des conditions difficiles, 2 jours avant l’annonce du confinement. Moins d’un électeur gournaisien sur 2 s’est déplacé pour voter, la crainte du Covid étant sûrement l’une des principales raisons de cette faible participation.

C’est donc avec une profonde reconnaissance que nous remercions les gournaisiens qui sont venus nous apporter leur soutien. Soyez assurés que les six conseillers municipaux de notre liste seront assidus et vigilants au sein du conseil et des commissions municipales.

Trois de nos élus seront également présents au sein de la Communauté de Communes.

Nous serons aussi force de propositions, comme nous l’avons fait lors de la dernière réunion du conseil municipal, en proposant au conseil une motion à destination du Directeur de l’éducation de l’Education Nationale, pour s’opposer à la fermeture d’une classe à l’école Brassens afin de se donner les moyens de rattraper les 3 mois d’enseignements perdus. En faisant cette proposition, nous pensions aux élèves les moins aidés et souvent les plus en difficultés. Nous nous sommes malheureusement heurtés à un refus du maire.

Notre regret fut d’autant plus grand, qu’en raison de l’absence de constructions d’habitations ces six dernières années, la situation risquant de se reproduire l’année prochaine.

Au sujet de la maison médicale de Gournay, promise depuis près de 10 ans par les présidents successifs de la Communauté de Communes, un médecin participant à ce projet a réagi avec virulence en parlant même d’incompétence de ses élus. Avec l’ARS et ce médecin rouennais impliqué, nous avions mis en place en 2013 la consultation de renfort à l’hôpital. Celle-ci fonctionne toujours alors qu’elle devait être provisoire en attendant la création de cette maison médicale annoncée. On peut comprendre qu’il perde confiance, tout en soulevant le manque de concertation avec les élus. Un projet comme celui-ci, ne peut se réaliser qu’avec une grande complémentarité entre des médecins d’un côté et les élus de la communauté de communes de l’autre, pour éviter de construire un bâtiment où les médecins seraient finalement absents. Nous en sommes loin et le mécontentement légitime d’un médecin pourrait devenir aussi celui de nombreux gournaisiens face à des élus pourtant souvent donneurs de leçons.

Florence Legendre, Philippe Lemercier, Marie José Lethurgez, Didier Jaouen, Christelle Campion, Jean Lou Pain.

Suivez nous sur Facebook : gournayenbraysolidaire2020 et gournayenbraysolidaire.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s