Tribune de décembre 2020

Dans ce contexte difficile et morose, la ville de Gournay, ses habitants, ses commerçants, ses associations, sont en attente d’écoute et de soutien. Or, depuis plusieurs mois, la ville semble figée, à l’arrêt, son maire invisible.

Seule, une mise en scène médiatique lors de la rentrée scolaire a fait illusion avec une distribution, de la main à la main, de sachets contenant quelques petites fournitures scolaires dans la cour de Brassens par le maire et ses adjoints. Une action certes pour se faire voir, mais en complète contradiction avec leurs propres consignes de limiter le nombre de parents accompagnant leurs enfants à l’occasion de cette rentrée.

Pendant ce temps, la piscine est fermée depuis fin août en attendant sa réhabilitation, privant les habitués, les scolaires et le club de natation de toutes leurs activités. 

La fermeture va être longue, puisqu’à ce jour, aucune entreprise n’a encore été retenue pour réaliser les travaux, estimés à 3.7 millions d’Euros pour une durée d’un an.

6 ans après les premiers effets d’annonces, le projet d’installation de caméra refait surface. Les objectifs et les emplacements prévus à l’origine ne sont plus les mêmes.

Cette fois-ci, ce sont 7 caméras qui sont prévues dans un premier temps, pour atteindre ensuite un nombre total de 17. Le montant de ce projet est estimé à 180.000 €, normalement subventionnable

à hauteur de 30 % par l’intermédiaire d’un dispositif national, que beaucoup de communes vont solliciter, jetant quelques doutes sur son obtention.

Lors de la dernière réunion du conseil municipal, la majorité municipale a pris la décision de fermer le service urbanisme de la Mairie, là où étaient instruits les permis de construire, les déclarations de travaux et les certificats d’urbanismes. Ces instructions vont maintenant être réalisées à Neufchâtel. Même si des permanences sont promises, on sait par expérience, qu’à terme il faudra se déplacer à Neufchâtel, privant à nouveau les habitants de Gournay et des alentours d’un service public de proximité.

Dernièrement, le maire de Gournay a regretté, devant les représentants des associations, que les habitants des communes alentours, fréquentent les installations sportives et culturelles de la ville, sans que ces communes participent à leurs financements. Mettre autant d’années pour s’apercevoir que si la ville n’avait pas pris l’initiative de réaliser et assurer seule le fonctionnement de ces équipements, les gournaisiens en seraient privés aujourd’hui.

F Legendre, Ph Lemecier,  MJ Leturgez, D Jaouen, J-L Pain, N Barthélémy

Suivez-nous sur facebook : gournayenbraysolidaire2020 et sur notre blog : gournayenbraysolidaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s